Sociologie et Mafia

Sociologie : La réaction des individus face à la mafia Avant tout il faut écarter de notre étude, les individus n’étant pas en contact avec la mafia, qu’il soit direct ou indirect. En effet, il est inutile de prendre vraiment en compte l’avis des personnes influencées par les films, bien qu’on remarque aujourd’hui un fort engouement lorsque l’on traitre du milieu mafieux. On a constaté chez eux une dénonciation du crime qui sera tourné à l’avantage de l’image mafieuse. Car on va remarquer qu’ils ne sont pas vraiment confronté à la réalité mafieuse et par conséquent doivent être enlevé de notre étude. Nous allons donc voir, tout d’abord, l’influence du comportement mafieux chez les membres de ces mafias. Nous l’avions dit, le terme est de « famille » est bien choisi pour caractériser ces organisations criminelles, pleines de principes comme la loyauté… En effet les membres de la mafia seront emprisonnés dans leur famille, et cela grâce à des barrières plus qu’efficaces comme la menace de mort. Ces pratiques seront rendues possibles grâce à la socialisation dont les membres seront victimes. En dehors des closes « négatives » des milieux mafieux, on peut voir l’apparition de véritable culte de certains mafieux comme Al Capone. C’est via de tels personnages que les mafieux vont parfois se sentir « fier » d’être, même au plus petit échelon, un homme d’un tel. Bien évidement, les victimes ne vont pas être du même avis. Le plus typique des exemples est celui du pizzo (racket), on va donc avoir un premier acte de racket puis la menace de représailles. Malheureusement, on ne verra pas beaucoup de victimes plaider leur affaire, et cela car on n’a pas encore aujourd’hui un système anti mafieux qui permet de conserver des témoins à charges pourtant essentiels. Les victimes sont donc seules faces à un système mafieux bien rodé puisqu’il a su jouer sur les faiblesses de ses victimes. Ces dernières vont néanmoins de plus en plus se regrouper en association pour partager leur antipathie et mener de front une guerre contre les mafias Caligula a dit « qu’ils me haïssent, pourvu qu’ils me craignent. », les mafias ont appliqués cette citation à la lettre et cela depuis longtemps, la lutte anti mafieuse ne pourra donc être vraiment possible qu’au moment où les mafias ne jouiront plus d’une influence sur les victimes

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site